@philfactory
 Ah que cela fait du bien de trouver ici une musique vivante, inventive et tellement généreuse, un véritable coup de poignard (brava daga) dans cette fourmilière où tant (trop) de revival entendu ici ou ailleurs, nous ferait presque croire que le tango fût devenu un genre figé aux expressions d’hier. Ici, Gerardo Jerez Le Cam échafaude, arrange, bâtit, cherche et compose un nuevo tango qui est le sien, un tango turbulent, éveillé, biologique ! Les arcanes du genre demeurent mais sont fortement calligraphiés et imaginés tout au long des titres de cet album dans les secrets et les mystères de la magie de cet exceptionnel pianiste, dont les doigts sont tout aussi emprunts de Friedrich Gulda, Gerardo Gandini ou de notre Gustavo Beytelmann, ce qui ne l’empêche nullement d’ailleurs d’être un artiste farouchement indépendant !
Bernard Cavanna, compositeur